Une aventure inoubliable !

Une partie pêche sur la Lac d’Éguzon !

Pêche sur le lac d’Éguzon

« Dans la Vallée de la Creuse, une bonne partie de pêche commence par un choix difficile : c’est sûr qu’avec sa centaine de kilomètres de rivières ou ruisseaux et plus de 400 hectares de lacs, l’offre est surabondante…

En effet, pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour vivre une aventure inoubliable. C’est sur le plus grand lac de la région centre que je vous emmène. Enfilez vos bottes et sortez le matériel, nous partons à la rencontre de jolis poissons. En effet, dans ces eaux cohabitent de nombreuses espèces de poissons : sandres, brochets, perches, black-bass, carpes, tanches, poissons blancs, silures…et le meilleur moment pour en profiter, c’est en fin d’été, au mois de septembre. Les estivants ont quitté les plages et la grande étendue d’eau à retrouver son calme.

C’est à l’aube que tout commence, à l’heure des braves. Le jour commence à peine à se lever que nous sommes déjà à pied d’œuvre. Décharger la voiture pour charger le bateau. Comme tout bon pêcheur qui se respecte, le matériel est sélectionné avec soin : canne, leurres, épuisette, tout y est.

Avec ses 312 hectares et ses 17 km de long, le lac d’Eguzon offre un formidable terrain de jeu aux amoureux de la pêche. L’embarcation se fait depuis la mise à l’eau de Chambon, à côté du Club Nautique d’Eguzon. Elle est facile d’accès et il est possible de stationner la voiture à proximité.

Le soleil pointe le bout de son né de l’autre côté du lac, sur les rive de Fougères. A peine dans le bateau, les premiers lancés s’enchainent. Les « postes » se suivent : les pontons, les bordures, les anses, tout y passe, à la recherche du premier poisson, de la montée d’adrénaline quand vous sentez une attaque et que vous « ferrez » en espérant l’accrocher au bout de votre canne. Là au milieu de l’eau, entouré par le granit des premiers contreforts du Massif Central et la lande de bruyères aux couleurs pourpres, vous vous battez pour ramener ce « trophée » tant attendu. Et même s’il n’est pas très gros, le poissons notamment les carnassiers ont une taille moyenne à respecter si vous souhaitez les garder, peu importe, de toute façon, vous comptiez le relâcher. C’est ça le « No Kill », on remet le poisson à l’eau après le « combat ».

Vous êtes là, à arpenter les eaux calmes et le temps s’écoule à vitesse grand V. La matinée est quasiment terminée. Le soleil de l’été indien vous lèche le visage et vous invite au farniente. Il commence à faire chaud dans cette vallée encaissée. Vous remontez vers Chambon, à petite vitesse puisque le lac n’est autorisé à la navigation rapide que sur la piste dédiée à cet effet qui se trouve entre les 2 plages de Chambon (Eguzon) et de Fougères (Saint Plantaire).

Et même si vous n’avez pas sortie de l’eau, le poisson record de votre vie, ce n’est pas grave, le plaisir est ailleurs, au milieu de cette nature luxuriante qui se pare des premières couleurs de l’automne. »